La Route du Rhum 2018 : 40 ans après, un remake de l’arrivée historique !

août 4, 2021

Route du Rhum 2018 : la légendaire course transatlantique en solitaire.
C’est un dimanche soir de novembre, et toute l’île a bien l’intention de suivre la Route du Rhum 2018, cet événement unique qui se déroule entre Saint-Malo et Pointe-à-Pitre tous les 4 ans.Cette édition de la Route du Rhum 2018 est toutefois particulièrement spéciale : cela fait 40 ans que la première course a eu lieu !

La Transatlantique : établir un record personnel


La traversée de l’Atlantique est quelque chose d’inégalé ! Cette célèbre course française est longue de plus de 3 500 miles et s’étend de la France aux Caraïbes tropicales. Portés par les alizés qui soufflent d’est en ouest entre 15 et 25 nœuds, ceux qui se lancent dans cette aventure ne veulent pas faire n’importe quelle course. C’est l’aventure d’une vie pour certains, le rêve d’un marin pour d’autres.

Aujourd’hui, ce rêve n’est pas réservé aux marins expérimentés, car tout le monde peut en faire l’expérience.

Que ce soit sur différents bateaux, en famille, en couple, en groupe ou seul, la traversée de l’océan Atlantique peut être vécue de différentes manières. Aujourd’hui, cependant, nous ne parlons pas d’une simple traversée de l’Atlantique, mais d’une légendaire course en solitaire : la Route du Rhum.

Une arrivée qui rappelle des souvenirs d’enfance


Chez moi, en Guadeloupe, l’île française des Caraïbes où j’ai grandi, je me prépare à vivre un moment historique.

Depuis que je suis toute petite, je suis avec passion la Route du Rhum 2018, la régate des records. Avec l’école et mon club de voile, nous étions très fiers d’accueillir un événement sportif aussi important sur notre île. Je me souviens avoir suivi les arrivées une à une avec mon père, dans son bateau à quille rigide, qui était réservé à la presse à cette occasion.

En mer, nous avons navigué aux côtés de ces grands marins. En 2002, nous avons également eu le plaisir de prendre à bord la gagnante de la Route du Rhum, Ellen MacArthur. Cette jeune Anglaise venait de battre le record du temps sur son monocoque de 60 pieds, le Martin Pescatore. Elle a même laissé son autographe sur la coque du bateau, dont vous vous souvenez peut-être……

Et me voilà, 16 ans plus tard, prêt à revivre ces moments avec un final plus que spectaculaire pour cette édition 2018 de la Route du Rhum.

Dimanche après-midi, après une journée de fête arrosée au Rum Village de Marina di Pointe-à-Pitre, je me préparerai avec mes amis pour assister aux premières arrivées de cette transatlantique en solitaire ; les meilleurs marins sont attendus en milieu de soirée : Francis Joyon et François Gabart, à bord de leurs trimarans géants (Macif et Idec Sport).

Ces gagnants se font rares…


Il est 16 heures, le bateau est prêt et nous nous dirigeons vers la dernière bouée de la course. Nous ne sommes évidemment pas les seuls à attendre l’arrivée de ces champions ! De nombreux catamarans touristiques sont immobiles autour de la ligne, et d’autres hors-bord tournent autour comme des requins.

Nous vérifions avec l’application de suivi de position où se trouvent les deux multicoques Idec et Macif et à combien de nœuds ils avancent, et nous comparons ces données avec les dernières prévisions de la presse. C’est presque magique cette technologie, on peut voir en temps réel la position exacte de chaque bateau et même connaître leurs vitesses de navigation respectives.

Selon les derniers rapports, ils sont toujours le long de la côte sous le vent, en face de la ville de Deshaies, presque immobiles car leur vitesse ne dépasse pas 1 nœud ! Nous avons donc du temps avant de voir leurs voiles à l’horizon.

Mais ne perdons pas courage ! Nous avons mis le cap sur l’île du Gosier, la plus proche de la ligne d’arrivée. Là, d’autres bateaux nous rejoignent : nous accostons les uns aux autres comme dans flotilla, et c’est parti pour un apéritif caribéen !

Démarrons NOTRE Route du Rhum !


Le nom de cette régate est « La Route du Rhum« , et nous le prenons au pied de la lettre !

A bord, c’est la piraterie pure : le rhum coule à flots, dans les variations les plus originales.

Du classique « ti-punch » au crémeux « punch coco » en passant par le délicieux « punch maracuja » (fruit de la passion), nous nous lançons avec audace dans notre Route du Rhum personnelle !

Une dégustation vraiment atypique, surtout pour le lieu : une île paradisiaque de sable blanc et de cocotiers, assis sur un bateau et regardant un somptueux coucher de soleil.

Une arrivée pleine de surprises


Il est 20 heures, la fête est terminée et nous vérifions toutes les heures la progression des deux premiers concurrents. Ils n’ont toujours pas dépassé la pointe de Basse-Terre, nous devons donc attendre encore un peu.

A 9 heures, nous apercevons enfin une lumière à l’horizon : ce doit être le sommet du mât de Gabart, me dit mon ami Arnaud ; il se dirige vers Marie-Galante tandis que Joyon décide de rester près de la côte.

Nous décidons de mettre les voiles et de nous lancer dans cette course incertaine. Oui, parce que pour l’instant, nous ne pouvons pas prédire qui va gagner ce face-à-face.

Il fait nuit, la visibilité est mauvaise, et il n’y a même pas de clair de lune pour nous faciliter la tâche. Nous devrons être prudents, beaucoup plus que dans des conditions normales. Les feux de navigation, un rouge et un vert, sont allumés, comme il est obligatoire pour la navigation de nuit. Nous avons de la chance, la mer est parfaite ce soir, plate et avec un vent faible (au grand dam de nos marins).

Plus nous avançons, plus nous pouvons voir de nombreux points de lumière éclairer ce sombre tableau. Je tourne la tête et derrière nous, je vois clairement la course : d’autres bateaux font la même chose que nous et tentent de rejoindre les trimarans.

Dans l’euphorie, l’aventure devient frénétique!


Nous arrivons enfin sur le site. Des centaines de bateaux naviguent autour des multicoques. C’est magnifique, j’ai l’impression d’être sur une île de lumières flottantes, c’est magique !

Nos deux champions sont très bien protégés : 4 bateaux de sécurité orange les entourent et définissent une zone d’interdiction de navigation. Nous devons respecter ce périmètre et garder nos distances afin de ne pas déranger les marins. Oui, la course n’est pas encore terminée !

Se retrouvant nez à nez avec le gigantesque IDEC Sport barré par Francis Joyon, nous participons à l’euphorie de cette course et faisons route dans le même sens de navigation. Côte à côte, nous observons la beauté d’un tel bateau : il est magnifique ! Nous nous sentons si petits à ses côtés.

Notre capitaine est très concentré : il y a plus de 300 bateaux autour de nous, nous tombons constamment dans le sillage d’un autre, c’est donc une aventure qui peut devenir très dangereuse. Il faut être très prudent et ne pas faire la moindre erreur, sous peine de se retrouver dans une collision.

Tout le monde essaie de s’approcher furtivement de ces géants des mers. Les bateaux de sécurité ne savent pas comment garder le contrôle, la situation est presque risquée.
Nous donnons la priorité aux bateaux de presse, dont les projecteurs peuvent éclairer l’ensemble du voilier finaliste et nous permettre de prendre quelques photos.

Quelle émotion pour la Route du Rhum 2018 : nous vivons un moment historique !


Soudain, l’un des bateaux de sécurité nous demande de faire vite car Joyon est sur le point de virer de bord. Voici la grande surprise : Joyon et Gabart sont à égalité, côte à côte !

Vous imaginez ? En ce moment même, après 7 jours de traversée de l’Atlantique, François Gabart a été dépassé pour la première fois par Francis Joyon ! Comme c’est excitant ! Et nous vivons ce moment historique en direct, incroyable, j’en ai les frissons !

Au bout d’un quart d’heure, IDEC Sport vire à nouveau tandis que le MACIF décide de garder le cap. De cette façon, Joyon a réussi à rester devant Gabart et à le battre pendant les 7 dernières minutes.

Les cloches sonnent, des flashs rouges s’élèvent du pont IDEC, et enfin on voit la tête du vainqueur : Francis Joyon détient le nouveau record de la Route du Rhum.

Une victoire qui restera à jamais dans nos mémoires


7 jours, 14 heures, 21 minutes et 47 secondes dans la catégorie Ultimate.

Il suffit de rappeler que lors de la première édition de la Route du Rhum, il a fallu plus de 23 jours au Canadien Michael Birch pour remporter la course. Une course qui était déjà au bout du rouleau à l’époque, car le Français Michel Malinovsky était derrière lui, et n’a terminé deuxième que pour 98 secondes.

Et aujourd’hui, l’histoire se répète avec Joyon et Gabart, 40 ans plus tard. Quelle émotion, je n’ai pas de mots.

Une victoire qui restera gravée dans nos mémoires.