Les Seychelles : récit d’une croisière enivrante à plusieurs catamarans

Alyzée

écrit par Alyzée • octobre 17, 2018

Bienvenue à bord d’une flottille de catamarans aux Seychelles !

Je vous écris aujourd’hui du haut d’un rocher massif, au beau milieu de l’Océan Indien sur l’île paradisiaque de St Pierre. Vous savez, une des 115 îles qu’abrite le célèbre archipel des Seychelles… Il paraît si loin le temps des Fjords, pourtant pas plus tard que la semaine dernière je jouais les vikings au cœur des montagnes enneigées de Norvège. Le contraste avec mon précédent voyage est saisissant !

Aujourd’hui, samedi 28 avril, ma troisième croisière Sailsquare touche à sa fin, et je dois dire que cette dernière expédition en mer résonne dans ma tête comme une douce Odyssée.

Je me revois encore à mon arrivée à Mahé, après un vol manqué, deux escales et un bagage égaré, j’aurais traversé bien des péripéties pour atteindre la capitale Victoria. Il faut le mériter ce tampon emblématique de la douane en forme de « coco de mer » !

Ce voyage était bien différent du précédent. Pour commencer, nous n’étions pas un mais quatre bateaux ! Ça change la donne de naviguer à plusieurs.

A bord d’une flottille Absolute placée sous le commandement d’Andréa, nous avons suivi un itinéraire planifié à la perfection. Embarquée dans la frénésie de la flotte, j’ai entrevu cette semaine une toute autre ambiance. Un capitaine, quatre skippers et 40 voyageurs répartis sur les différents catamarans… Je vous laisse imaginer l’ampleur de l’événement !

Premier jour, rencontre autour d’un apéro « Spritz », ce cocktail à base de Prosecco, très apprécié des Italiens. « Aperitivo », comme ils disent, quoi de mieux pour briser la glace ? Et ce n’est que le premier d’une longue série… J’ai été stupéfaite par la rapidité à laquelle chaque équipage, a fait connaissance.

Prenez Michele et Matteo par exemple, deux étrangers partageant une même cabine, qui en quelques jours ont développé une complicité presque fraternelle ! Matteo est même aller jusqu’à se raser la tête pour ressembler à son compagnon de chambre… Des vrais comiques, ils faisaient la paire ces deux là !

Très vite, nous nous sommes tous accommodé au rythme de chacun et avons formé une seule et même entité. La proximité à bord accélère le processus relationnel, comme si nous étions sur un autre horizon temporel, où les jours correspondent à des mois.

A chaque étape de notre parcours, toute la flotte se réunissait en attachant les navires les uns aux autres. C’était pour nous l’occasion de se retrouver et de faire la fête comme jamais !  En un rien de temps, nous dansions, chantions, et rigolions comme si nous nous connaissions depuis toujours. 

En fin de soirée, une poignée d’entre nous avait pour coutume de se retrouver sur le trampoline à l’avant du bateau pour admirer les étoiles. Dans un élan d’inspiration, nos conversations partaient vite en délires philosophiques et malgré nos soirées tardives (bien arrosées, il faut le dire), nous étions réveillés de bonne heure. Il fallait être d’attaque pour nos trépidantes journées d’exploration !

Sur notre bateau, le Muzical, un catamaran Lagoon 450, Andréa avait pour habitude de nous réveiller en douceur avec sa playlist Spotify « Good morning world ». Le temps d’émerger au rythme de cette mélodie, notre capitaine dressait la table pour le petit déjeuner. 7h, de bon matin, l’odeur du café bien chaud stimule notre odorat. Toasts, œufs et bacon arborent notre table, quelle délicate attention de la part de notre skipper… Et dire que toutes nos matinées ressemblaient à ça !

Déjà que nous nous réveillons au paradis : un ciel bleu profond, une mer si cristalline qu’elle en paraît transparente, vue sur un îlot digne d’une carte postale bordée de sable blanc d’une finesse farineuse, et bien sur ces fameux rochers gris aux reflets orangés pour contraster le tout !

Je ne me lasse décidément par de ces paysages !

Je me souviens, mercredi matin 8h30, Francesca, la femme d’Andréa, motivait les troupes à se préparer pour notre excursion du jour : tour de l’île de la Digue en VTT. Notre tenue changeait du tout au tout : on troquait nos palmes pour des baskets ! Entre Curieuse, Round et Coco Island, nos précédentes excursions étaient riches en safaris plongées.

Insatiables, nous avons explorés les fonds sous tous les angles : de jour comme de nuit, du tuba à la plongée avec des bouteilles, partageant des moments intimes avec les tortues et les raies pastenagues du coin… Parmi nos rencontres insolites avec la faune, nous avons même eu le plaisir d’interagir avec la plus vieille et plus grosse tortue terrestre du monde : la tortue Esmeralda !

Nous avons vécu tellement de choses en si peu de temps, je pourrais passer des heures à vous conter ces incroyables aventures ! 

Oups, la corne muse retentit, c’est le signal d’Andréa qui indique que notre départ est proche. Il est temps pour moi de descendre de mon perchoir et de retrouver le reste de l’équipage.

Aujourd’hui cap sur Mahé, il nous faut rejoindre notre point de départ, la Marina d’Eden Island. Sur le retour, j’espère bien que nous pêcherons une ou deux autres bonites, cette espèce de poisson cousine du thon. L’équipage attend la prochaine pêche à la traîne avec impatience. Ils veulent absolument re-déguster mon fameux ceviche caribéen. Sur cette dernière traversée, j’entends bien partager un petit cours de cuisine à la française !

N’oubliez pas, les maîtres mots de la croisière en flottille sont : convivialité, rencontre et partage !

Alors, êtes-vous prêt à plonger avec moi dans ce sanctuaire pur et contrasté où se côtoient mer azurée et plages aux sables dorés ?